N'y voyez pas de la colère mais une prise de conscience !
Ne nous faites pas dire « tous pourris » … nos élus.
Nous dirions plutôt que les « ors » de la république les débauchent de leurs devoirs.
Il n’y a rien de populiste. Nous ne sommes pas attirés par des mouvements dont la raison de vivre est la haine des différences.
Mais le chantage du risque du Front National ne marche plus.
Les forts taux d’abstention prouvent l’éloignement de l’élu et du citoyen. Même pour la gestion locale ce citoyen se sent de moins en moins impliqué.
Par l'augmentation du nombre de voix pour le FN et de l’abstention son nombre d’élus lui augmente.Par le mode électoral actuel le FN va prendre de plus en plus de sièges.
Et par ce mode il sera difficile de reconquérir ces sièges.


Vous, les partis politiques, vous n’avez plus le choix. Vous devez créer les conditions de la démocratie.
Vous devez appliquer le 2ème article de la constitution "gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple".
Un mode électoral, un semblant de liberté d’expression, une certaine indépendance de la justice ne sont pas la démocratie.
Les citoyens doivent pouvoir choisir, pas seulement des élus, mais aussi sans intermédiaire, leur cadre de vie, leurs règles du vivre ensemble.
Ils doivent pouvoir choisir aussi des élus qui ne soient pas des PROFESSIONNELS DE LA POLITIQUE. L’élection ne donne pas un blanc-seing à l’élu. Ce dernier doit être autonome de l’industrie, de la banque et du BTP (derrières les nombreux projets controversés).

Si vous êtes aussi dévoués, désintéressés comme vous le prétendez, vous devez prendre les décisions nécessaires pour cette démocratie.

Malgré ce qui est écrit plus haut ne parlez plus de peuple ou de populaire, mais de citoyen. Là le riche est vraiment l’égal du pauvre. Quand on parle au nom du peuple on écrase ce pauvre.
Et ne parlez plus de démocratie participative. Comme pour le mot laïcité, ajouter un épithète édulcore le substantif.